top of page
Rechercher

Un scénariste rennais sur les sentiers de la guerre

En octobre 2016, le magazine allemand Der Spiegel commande à Ali Arkady, le photo-reporter kurde-irakien, un reportage sur le début de l’offensive, à Mossoul, contre Daesh. Le photojournaliste prend contact avec des soldats rencontrés quelques mois plus tôt, à Falloujah. Il les rejoint sur la base militaire de Qayyarah, à 90 kilomètres au sud de Mossoul, en Irak. Kurde, Ali est protégé par les hommes qu’il accompagne, et dont il gagne la confiance. Son reportage pour Der Spiegel terminé, il reste avec les soldats, prétendant préparer un film à la gloire de l’ERD (Emergency Response Division), une division d’intervention d’urgence du ministère de l’intérieur irakien. Durant deux mois, il partage le quotidien des soldats, écoute leurs conversations. Et il découvre le pire : exactions contre des civils, viols, tortures... Ali est à bout de nerfs, et au bout de l’enfer. Ses photos et ses films seront publiés et montrés dans le monde entier. Pour ce reportage saisissant, Ali Arkady a reçu, en 2017, le prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre. C'est là que le scénariste rennais Simon Rochepeau le rencontre et que, peu à peu, naît l'idée d'une bande dessinée. C'est "L'homme qui en a trop vu", qui vient de sortir aux éditions Futuropolis, 144 pages, 23 euros. Plus d'infos ici.





40 vues0 commentaire

Comments


bottom of page